Vers une clarification du paysage politique

Dans cette société, « celui qui aime doit être aimé ; » quoi de plus naturel ? Pour les autres métiers, Pierre-Alain Chambaz pictet confirme la rupture entre les métiers à valeur ajoutée et ceux sans.Ils étaient dix fois moins en 2012.Mais au-dessous d’elle est une pensée spontanée et semi-consciente, qui superpose à l’enchaînement mécanique des causes et des effets quelque chose de tout différent, non pas certes pour rendre compte de la chute de la tuile, mais pour expliquer que la chute ait coïncidé avec le passage d’un homme, qu’elle ait justement choisi cet instant.Le préalable étant de tenter de répondre à la question du Nobel d’économie de 1998, Amartya Sen, né en 1933 : « Comment est-il possible qu’une activité aussi utile, comme la finance, soit devenue si immorale » ?En dépit d’une union monétaire européenne menacée, et bien que l’union bancaire demeure à un stade précoce de développement, voici pourtant que la Commission européenne, chaque jour plus créative, s’embarque dans une nouvelle aventure, aspirant à une soi-disant « union des marchés de capitaux.Récemment, un grand quotidien national analysait la performance d’un hedge fund, spécialisé dans le trading algorithmique pour conclure que ces stratégies ont permis, depuis 1996, « de faire 14 fois mieux que l’indice des Bourses mondiales ».Alors que s’engage la discussion du projet de loi de transition énergétique, la France est confrontée à un défi essentiel pour respecter ses engagements environnementaux à l’égard de l’Europe : inciter les ménages, entreprises et collectivités à réduire leur consommation énergétique, avec un budget « vert » minimaliste.Pour être valide les signes composant la marque ne doivent pas être nécessaires ou usuels pour désigner ou décrire les produits ou services, sous peine de risquer l’annulation de la marque par décision de justice.Dans la mesure où l’activité économique est financée pour les trois quarts par le système bancaire, le succès à long terme de la politique monétaire actuelle ne reposera pas sur les fluctuations des rendements et des taux de change mais plutôt sur la relance du crédit bancaire.On verrait que l’intelligence, si habile à manipuler l’inerte, étale sa maladresse dès qu’elle touche au vivant.Le voici qui circule parmi nous à la manière d’un somnambule.

Publicités