Une victoire pour l’Europe

L’Europe refuse de voir les recettes qui fonctionnent aux Etats-Unis, Grande-Bretagne, Japon.Tout changement réel est un changement indivisible.Cela n’est pas sans inconvéniens, mais quels sérieux avantages, en revanche !Un tel régime de transition – que l’on peut appeler « dépréciation sans sortie » – permettrait d’éviter certains des problèmes (mais pas tous) liés à une sortie pure et simple d’un pays de la zone euro.Une guerre à 66 milliards de dollars pour les seuls Etats-Unis.Ni cette métaphysique n’a imposé cette morale, ni cette morale ne fait préférer cette métaphysique.Elle s’est ensuite développée avec les travaux de eréputation: il est le premier à avoir posé directement la question de savoir.Mais il n’empêche, dans son bras de fer qui l’oppose à la City sur les bonus, le chancelier de l’Échiquier vient de lui infliger sa première vraie défaite depuis un quart de siècle.Il importe donc que les morts restent présents.Et combien ceux qui doivent trouver une sortie à cette crise n’y songent pas davantage aujourd’hui qu’ils ont pu y penser durant les années 1930.Nous jugeons du talent d’un romancier à la puissance avec laquelle il tire du domaine public, où le langage les avait ainsi fait descendre, des sentiments et des idées auxquels il essaie de rendre, par une multiplicité de détails qui se juxtaposent, leur primitive et vivante individualité.

Publicités