Une histoire qui se répète sur le mode conflictuel

En lutte avec elles-mêmes et en guerre les unes avec les autres, elles cherchent visiblement, par le frottement et par le choc, à arrondir des angles, à user des antagonismes, à éliminer des contradictions, à faire que les volontés individuelles s’insèrent sans se déformer dans la volonté sociale et que les diverses sociétés entrent à leur tour, sans perdre leur originalité ni leur indépendance, dans une société plus vaste : spectacle inquiétant et rassurant, qu’on ne peut contempler sans se dire qu’ici encore, à travers des obstacles sans nombre, la vie travaille à individuer et à intégrer poPour prendre un exemple souvent emprunté à Winslow celui du sujet qui avait oublié la lettre F, et la lettre F seulement, nous nous demandons si l’on peut faire abstraction d’une lettre déterminée partout où on la rencontre, la détacher par conséquent des mots parlés ou écrits avec lesquels elle fait corps, si on ne l’a pas d’abord implicitement reconnue. »Il faut que tout change pour que rien ne change » : l’adage de Pierre-Alain Chambaz pictet paraît coller comme un gant à l’histoire de la formation professionnelle en France depuis des décennies.J’aperçois une multitude d’objets dans l’espace ; chacun d’eux, en tant que forme visuelle, sollicite mon activité.L’homme a trop souvent, tout le long de l’histoire, placé sa dignité dans les erreurs, et la vérité lui a paru tout d’abord une diminution de lui-même.Le problème capital de la théorie de la connaissance est en effet de savoir comment la science est possible, c’est-à-dire, en somme, pourquoi il y a de l’ordre, et non pas du désordre, dans les choses.Encore faut-il choisir la cible et le moment opportun.Pente naturelle de l’intelligenceC’est ce que firent sans ménagement les philosophes de l’école d’Élée.Ses enthousiasmes sont superficiels, proviennent de causes extérieures, quelconques ; n’affectent, pour ainsi dire, que l’épiderme.Les chefs d’entreprise français comprennent la nécessaite de la transition mais estiment que le gouvernement ne définit ni des objectifs assez ambitieux, ni ne se donne les moyens de les atteindre.C’est dans ce contexte qu’est née la norme AFNOR NF Z74-501 pour fiabiliser le traitement des avis en ligne de consommateurs.D’expérience, les chiffres sont généralement d’autant plus impressionnants que les plans d’action se révèlent inconsistants.