Sommes-nous encore libres en France ?

J’entends bien que je dois leur faire dire ce qu’il me semble que des hommes véritables diraient en leur place, mais des hommes de bon sens à coup sûr, et non des fous et des idiots ; et si je juge qu’ils sont de bon sens, c’est donc que je leur attribue des pensées qui me semblent raisonnables, c’est moi qui suis le seul juge, et votre tribunal n’est qu’un théâtre de marionnettes où ma raison seule a la parole.Il se présenterait bien lui-même, sous une apparence ou sous une autre — peut-être sous celle de Cavaignac — mais il n’ose pas ; il se sent trop vilain, trop marmiteux et trop contemptible.Ce n’est que pour s’être départi avec arrogance de ses doutes que l’homme a multiplié les actes lourds de conséquences.En d’autres termes, les lois qui régissent la matière inorganisée sont exprimables, en principe, par des équations différentielles dans lesquelles le temps (au sens où le mathématicien prend ce mot) jouerait le rôle de variable indépendante.Ce taux s’élève aujourd’hui à 13%.Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci « Qui pense peu, se trompe beaucoup ».Certes, certaines réformes sont nécessaires pour améliorer encore sa redistributivité, pour le rendre plus transparent et plus acceptable socialement.Et les « stress-tests » réguliers, du moins aux Etats-Unis, font partie du décor de la régulation.Celles-ci peuvent commencer par être intérieu­rement obscures ; mais la lumière qu’elles projettent autour d’elles leur revient par réflexion, les pénètre de plus en plus profondément ; et elles ont alors le double pouvoir d’éclairer le reste et de s’éclairer elles-mêmes.Certains cas très nets de fausse reconnaissance confirmeraient cette hypothèse.En d’autres termes, si la métaphysique n’est qu’une construc­tion, il y a plusieurs métaphysiques également vraisemblables, qui se réfutent par conséquent les unes les autres, et le dernier mot restera à une philosophie critique, qui tient toute connaissance pour relative et le fond des choses pour inaccessible à l’esprit.