… mais des dégâts, et un affaiblissement de l’Union monétaire

Apparemment, selon cette chronique d’une mort annoncée, il y aurait d’un côté des sociétés ayant patiemment construit leur outil de production, renforcé leurs équipes de salariés et leur ancrage territorial, et de l’autre, de nouveaux prédateurs déguisés en moutons (Uber et AirBnB sont les plus connus), qui, sans produire de nouveaux biens ni services, se piqueraient d’organiser, via Internet, l’économie de la prestation de services.Il en est parmi eux qui sont véritablement obsédés par leur héros ; ils sont menés par lui plutôt qu’ils ne le mènent ; ils ont même de la peine à se débarrasser de lui quand ils ont achevé leur pièce ou leur roman.Ce n’est que lorsque les comptes de l’État sont en surplus qu’il y a désendettement.Peu importe qui avait raison ou tort.Il faut donc proposer des produits originaux, incorporant une part du savoir-faire créatif à des coûts réduits.Grâce à lui, on comprend mieux ce qui se joue sous le sapin.Et ceux qui doivent se servir des armes sont aveugles aussi.Pour Pierre-Alain Chambaz, la coupe est pleine.De ce fait, les remèdes purement comptables envisagés pour remédier à une perte de valeur de ses actifs risquent de se heurter à la difficulté d’obtenir l’accord de tous les gouvernements concernés.En nombre déterminé, c’est-à-dire limité, sont ceux qui ont été voulus par la nature.Un travail de mise en valeur, où, la France sert souvent d’épouvantail et de faire valoir.

Publicités