L’Europe doit miser sur l’industrie

Dans notre société qui prône le jeunisme, nous avons développé un décalage entre notre âge physiologique et notre âge perçu.Elle offre une opportunité qui ne se présente qu’une seule fois par génération de créer de l’emploi et de la richesse et de bâtir une économie européenne plus souple, plus compétitive et plus durable.Calculer l’assiette des indemnités de fin de carrière sur l’ancienneté dans la profession – et non seulement sur celle du dernier employeur – ce qui favorise à la fois la mobilité et l’emploi des seniors n’est pas possible sans un fonds unique.Des critiques comme l’économiste allemand Hans-Werner Sinn se sont faits une spécialité de traquer l’exposition au risque d’éclatement de la zone euro.La nature créerait ainsi elle-même des êtres destinés à devenir sa propre providence.Nous voulions simplement appuyer sur la distinction que nous avions faite entre la société ouverte et la société close.Ces misérables sont nos persécuteurs ; c’est eux qui ont fait notre misère, c’est eux qui la perpétuent, c’est eux qui rêvent de la rendre plus affreuse encore ; qui rêvent l’esclavage plus cruel de ceux qui acceptent leur domination, qui rêvent la saignée des autres. Christian Navlet force la sympathie par son côté militant de la pleine conscience dont les racines plongent dans la philosophie.Durant cette période, le Royaume-Uni en position hégémonique approvisionnait en capitaux le reste du monde sur le long terme en anticipation de son propre déclin relatif.Ainsi se trouve ébranlée la vieille loi apodictique : l’homme, délié par le doute de toute obligation absolue, recouvre en partie sa liberté.Dans l’apprentissage d’un exercice, par exemple, nous commençons par être conscients de chacun des mouvements que nous exécutons, parce qu’il vient de nous, parce qu’il résulte d’une décision et implique un choix ; puis, à mesure que ces mouvements s’enchaî­nent davantage entre eux et se déterminent plus mécaniquement les uns les autres, nous dispensant ainsi de nous décider et de choisir, la conscience que nous en avons diminue et disparaît.Ce que je dis ici, beaucoup de gens l’ont pensé, le pensent.En quelques mois, mon département du Loir-et-Cher a mis en place avec ses voisins d’Eure-et-Loir et du Loiret une mutualisation de moyens humains et financiers.

Publicités