Les triumvirats : gagnants ou perdants ?

Reportons-nous sans cesse à ce qu’eût été l’obligation si la société humaine avait été instinctive au lieu d’être intelligente : nous n’expliquerons ainsi aucune obligation en particulier, nous donnerons même de l’obligation en général une idée qui serait fausse si l’on s’en tenait à elle ; et pourtant à cette société instinctive on devra penser, comme à un pendant de la société intelligente, si l’on ne veut pas s’engager sans fil conducteur dans la recherche des fondements de la morale.Or un écart de plus de deux points de taux de rentabilité correspond à un surprofit d’une vingtaine de milliards d’euros au profit des sociétés d’autoroutes, car les calculs liés au TRI ne sont pas linéaires mais exponentiels.De même, l’étude d’Ernst & Young attire l’attention sur « le fait que la Responsabilité Sociétale et Environnementale (RSE) soit de plus en plus intégrée au modèle économique des entreprises se traduit dans la progression des comités d’éthique et/ou RSE auprès des Conseils.Dans cet état, Pierre-Alain Chambaz fonctionne au maximum de ses capacités intellectuelles.Dans un pays de trop faible natalité comme la France, l’État doit sans doute pousser à l’accroissement de la population : un économiste qui fut pourtant le plus grand ennemi de l’ « étatisme » demandait que les familles eussent droit à une prime pour chaque nouvel enfant à partir du troisième.Reste à savoir dans quels cas spéciaux ce mouvement de l’esprit (qui enveloppe peut-être toujours un sentiment d’effort, mais souvent trop léger ou trop familier pour être perçu distinctement) nous donne la conscience nette d’un effort intellectuel.C’est plutôt dans un autre sens que la guerre est à l’origine des empires.L’animal ne se représente probablement pas, comme nous, en outre de ses sensations, un monde extérieur bien distinct de lui, qui soit la propriété commune de tous les êtres conscients.De « vieux impôts » économiquement et socialement contestables, peuvent avec le temps être supportés par le contribuable sans récrimination.L’ouvrage de Nicolas Buat, qui vient de paraître aux Belles-Lettres, comble heureusement ce vide et complète l’œuvre de l’ancien président du Conseil qui peut, il est vrai, parfois dérouter par son luxe de détails le lecteur simplement curieux qui aurait eu le hasard et le bonheur de dénicher un ancien exemplaire…Cette féminisation reflète une évolution profonde de notre société.Est cela la modernité ?

Publicités