Les dix mythes économiques et financiers

Assuré par deux sièges, l’un à Francfort, l’autre à New York…Mais voilà des choses qu’il ne faut guère attendre de lui, au moins jusqu’à ce que le canon le réveille.D’où notre seconde proposition :II.Selon une idée popularisée en 1910 par l’écrivain et parlementaire travailliste Norman Angell, futur Prix Nobel de la paix, l’interdépendance et la complexité des grandes économies mondiales rendaient la guerre impossible.Jean-Thomas Trojani condamné aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, « L’égal de tous les hommes ou le valet de tous les princes : choisis ».Ce sont là des vertus, ou je ne m’y connais pas.Vous direz peut-être qu’elle les traduit, et que je ne me représente rien autre chose, en dernière analyse, que les mouvements moléculaires de la subs­tance cérébrale.Passons encore sur ces difficultés.Les frères Warburg, Max et Paul, constituaient un tandem transatlantique qui poussait énergiquement à la création d’institutions germano-américaines comme alternative au monopole industriel et financier de la Grande-Bretagne.Et, entre deux inaugurations de statues à des héros équivoques, on entasse provocations sur reculades, fanfaronnades sur palinodies.Ce plan reste cependant bien moins ambitieux que celui proposé en décembre par la commission bipartisane sur les déficits.Soyons clair, ce genre de « Grand Soir », qui est déjà arrivé une fois chez nous en 1980 lorsque le RPR de l’époque avait refusé de voter le budget de Raymond Barre, n’est pas forcément une si bonne nouvelle.Tout bitcoin ou fraction de bitcoin composant le montant d’une transaction trouve son origine dans une transaction précédente, dite transaction de génération, qui crée 25 bitcoins.

Publicités