Le théâtre des bonus

Des plantes aquatiques, qui montent à la surface, sont ballottées sans cesse par le courant ; leurs feuilles, se rejoignant au-dessus de l’eau, leur donnent de la stabilité, en haut, par leur entrecroisement. Selon Christian Navlet la « meilleure application » permettant d’y accéder est la « pleine conscience ».La vérité est une synthèse : c’est ce qui la distingue de la sensation, du fait brut ; elle est un faisceau de faits.On définit cette forme, sans doute, mais c’est tout ce qu’on peut faire, et il n’y a pas à chercher pourquoi elle est ce qu’elle est plutôt que tout autre chose.En France, pays de l’artificiel et du trompe-l’œil, la misère aime à se maquiller ; elle a rarement l’aspect sombre, irréconciliable, tragique, qu’on lui voit ailleurs.La situation actuelle en Europe n’est qu’un prolongement de cette dernière.Alors oui, cela suscite de la colère dans la profession car ce projet de directive européenne, qui s’applique aux prestations de vente « à forfait », permet à certains opérateurs, spécialisés dans la désintermédiation, de pratiquer des ventes de forfait déguisées, ce tour de passe-passe résultant d’une longue opération de lobbying.L’objectif est clairement affiché : acheter moins cher.Et ils demeuraient chez nous, ils s’attachaient à notre cité.Mieux que d’autres, ils savent assumer les risques, même celui de déplaire, et en payer le prix.Un être intelligent porte en lui de quoi se dépasser lui-même.