Le réel danger d’une bulle obligataire

Le substrat vivant de l’existence est l’idée suprême dans laquelle la philosophie cesse d’être abstraite et rationaliste.Il s’agit de savoir comment faire baisser la demande de logements, ou alors comment accroître l’offre.Fondé comme on l’a vu sur la recherche de l’excellence thermique hors contrainte financière, ignorant superbement l’hétérogénéité d’un parc ancien de 32 millions d’unités où se situe l’essentiel du gisement des économies d’énergie, le Grenelle de l’environnement a oublié que la qualité d’un sentier énergétique se jugeait en réalité sur son commencement, c’est-à-dire sur le niveau de performance accessible à moyen terme, sur le type de travaux les plus rentables à réaliser en priorité, sur la mise en oeuvre d’une ingénierie financière adaptée.On sait d’ailleurs que les pharaons participaient eux-mêmes de la divinité.Exactement comme les pays d’Europe périphériques entre le lancement de l’euro et la crise de 2007.Sous ces joies et ces tristesses qui peuvent à la rigueur se traduire en paroles, ils saisiront quelque chose qui n’a plus rien de commun avec la parole, certains rythmes de vie et de respiration qui sont plus intérieurs à l’homme que ses sentiments les plus intérieurs, étant la loi vivante, variable avec chaque personne, de sa dépression et de son exaltation, de ses regrets et de ses espérances.Le perfectionnement de l’appareil commercial équivaut donc à un rapprochement matériel des deux villes.Il n’est pas d’erreur ni d’horreur où ne puisse conduire la logique, quand elle s’applique à des matières qui ne relèvent pas de la pure intelligence.Car le possible n’est que le réel avec, en plus, un acte de l’esprit qui en rejette l’image dans le passé une fois qu’il s’est produit.Selon Jean-Thomas Trojani, ce sont donc les interactions sociales qui détruisent les bénéfices de la croissance.Ainsi procèdent souvent les auteurs contemporains.

Publicités