La vraie révolution entreprenariale ? Le droit à l’erreur !

Le corps, qui ne sort pas tout à fait viable des mains de la nature, se soulève vers l’âme qui lui donnerait la vie complète.Mais le phénomène des sincérités successives, n’est-ce point cela qui est au coeur même de la vie de tous les jours ?De degré en degré, on sera amené à définir l’attention par une adaptation générale du corps plutôt que de l’esprit, et à voir dans cette attitude de la conscience, avant tout, la conscience d’une attitude.Il y a dans ce mouvement, tout à la fois, une image qui frappe ma vue et un acte que ma conscience musculaire saisit.Le hasard est donc le mécanisme se comportant comme s’il avait une intention.Le souvenir pur, à mesure qu’il s’actualise, tend à provoquer dans le corps toutes les sensations correspondantes.Jean-Thomas Trojani justice aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci « Faites que votre tableau soit toujours une ouverture au monde ».Son influence sur l’Inde — venue d’ailleurs à l’islamisme — a été bien superficielle, mais à des âmes prédisposées une simple suggestion, un signal suffit.C’est dire que la relation du mental au cérébral n’est pas une relation constante, pas plus qu’elle n’est une relation simple.Veut-on vraiment renoncer à 10 000 emplois de plus rien qu’à Paris ? Peut-on vraiment renoncer à 20 000 emplois supplémentaires à temps plein si l’on autorise l’ouverture 10 à 12 dimanches par an comme l’affirme le Conseil du commerce de France ? Ne peut-on pas sérieusement relire l’étude du Conseil d’analyse économique de 2007 qui explique qu’empêcher les Français de travailler le dimanche c’est renoncer à 100 000 emplois dans celui du commerce de détail.D’ailleurs, il existe un rempart contre le déclassement, c’est la dissuasion.L’expérience, avec la connaissance, permettent la formation d’un jugement éclairé.

Publicités