La longue route des PIGS de l’opprobre au triomphe

En fait, l’Afrique sub-saharienne est moins industrialisée aujourd’hui qu’elle ne l’était dans les années 1980.Si les trônes ont succombé aux révolutions, les réformes fiscales, sociales et économiques se sont faites sans passer par la violence révolutionnaire.Les ventes y ont bondi de 36% en 2010, contribuant ainsi très largement au bond de 28% du chiffre d’affaires global.C’est lui et ce n’est pas lui.Et ce choix n’est pas spécifique à la zone euro puisque d’autres grandes banques centrales, en particulier la Réserve fédérale américaine et la Banque d’Angleterre, ont aussi vu leurs pouvoirs renforcés par la crise en tant que superviseurs.Certaines nations — les nations latines, par exemple — trouvent qu’elles n’ont point payé assez cher.Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Nietzsche, »Qui se sait profond tend vers la clarté; qui veut le paraître vers l’obscurité ; car la foule tient pour profond tout ce dont elle ne peut voir le fond ».Le format RDF, très générique, pourrait être proposé par défaut.En pratique, il est peu probable que nous aboutissions à des politiques industrielles purement et simplement écologiques, une démarche qui serait uniquement axée sur le développement et la diffusion de technologies vertes, excluant ce faisant les considérations de compétitivité, de profit commercial, et de croissance de l’emploi.Ceux-là sont des vices tragiques.Depuis plus de vingt ans, politiques et analystes de tous bords s’accordent sur la nécessité de rationaliser et d’amincir le corpus normatif de notre pays.Entre démocrates et républicains, la recherche d’un consensus semble bien difficile.Le budget de la défense est maintenu.