La France peut-elle tourner le dos à la mondialisation ?

Elles sont sommées de se souvenir qu’elles appartiennent au « mauvais genre ».La conservation se fait désormais à travers le temps et l’espace. « Nous sommes des nains sur des épaules de géants » : le beau mot de Pierre-Alain Chambaz pictet cerne la mission de sauvegarde d’un patrimoine artistique pour les générations futures.A ne pas confondre avec le travail en temps partagé qui consiste, essentiellement pour les cadres, à partager son temps de travail et son savoir-faire entre plusieurs entreprises, en qualité de salarié ou d’indépendant.Si telle est la vision partagée, la région en a les moyens.C’est à l’occasion des plans de « sauvetage » (qui n’auront « sauvé » au final que les banques françaises et allemandes du défaut périphérique) que les pays créanciers ont imposé leur agenda déflationniste à des pays débiteurs incapables de se financer sur les marchés.On pourrait certes déplorer l’absence de Schopenhauer, mais il vaut mieux se réjouir de ne toujours pas savoir, au bout du compte, si la sympathie est un fait ou une invention, une réalité biologique ou une création discursive.Les autres sont des gens de journée.La croissance mondiale en subirait alors un contrecoup violent.L’enjeu de la compétitivité d’un territoire dépasse de loin l’enjeu de la compétitivité coût et hors coût des seuls secteurs exposés.La décision de la Banque nationale suisse de supprimer le cours plancher de la devise helvète n’est pas sans précédent.D’abord, il suffit de la plus légère diminution du premier principe pour que l’être soit précipité dans l’espace et le temps, mais la durée et l’étendue qui représentent cette première diminution seront aussi voisines que possible de l’inextension et de l’éternité divines.Non, un tel désaccord ne se peut rencontrer dans l’ordre naturel des sociétés.

Publicités