La fête des « pères de famille » boursiers

A nouveau condamnée par la Cour de justice de l’Union européenne, la France est juridiquement tenue de s’incliner et devra rembourser les contribuables.Mais voici que, descendant au détail du réel, on continue à le composer de la même manière et selon les mêmes lois que la représentation, ce qui équivaut à ne plus les distinguer l’un de l’autre.Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler cette citation de Pythagore « Qui parle sème ; qui écoute récolte ».Seulement, les objets qui l’entourent ont été truqués par un mauvais plaisant.C’est là un lait officiel.Et, en vérité, nous n’avions que le temps de prendre des carabines chargées et de faire feu : bêtes féroces et pauvres rongeurs effarés, bêtes souples, bêtes hurlantes, bêtes qui se dressaient contre nous et bondissaient, tous les pelages, toutes les ailes coulant comme une rivière…— Il tirait, lui aussi ?Il faut enfin comprendre s’il avait vraiment le désir de laisser une telle trace et s’il disposait d’une vision claire de ce qu’il rêvait pour son pays longtemps après lui.Les résultats de ces tests de résistance ne doivent donc pas être pris comme un blanc-seing confirmant la bonne santé du secteur bancaire.En ce sens, la tâche du philosophe, telle que nous l’entendons, ressemble beaucoup à celle du mathé­maticien qui détermine une fonction en partant de la différentielle.C’est à elle encore, ou du moins à elle principalement, que l’humanité demandera l’appui dont elle a besoin ; elle laissera encore travailler, en la réformant de son mieux, la fonction fabulatrice ; bref, sa confiance dans la vie restera à peu près telle que l’avait instituée la nature.A ce moment précis, l’intensité, qui n’était qu’une certaine nuance ou qualité de la sensation, devient une grandeur.C’est un fait remarquable que l’éclipse du problème des genres dans la philosophie moderne.Il faudra enfin inciter les États à mettre en culture des terres arables à destination de l’alimentation des populations locales, notamment en Afrique, et se poser une question stratégique à propos des biocarburants : ils utilisent des millions de tonnes de céréales, d’oléagineux… et détournent des millions d’hectares de leur vocation première qui est de nourrir les populations.