La croissance est-elle l’ennemie du climat ?

D’un côté une série de philosophes est sortie de nos académies de théologie, du camp conservateur des traditions de la foi orthodoxe, de l’autre une série de philosophes est sortie du camp des publicistes marxistes et de celui de la littérature décadente, de l’esprit moderne.Notre action ne s’exerce commodément que sur des points fixes ; c’est donc la fixité que notre intelligence recherche ; elle se demande où le mobile est, où le mobile sera, où le mobile passe.Les seconds veulent réduire drastiquement le train de vie de l’Etat, poussés en cela par le Tea Party, cette mouvance ultraconservatrice qui a fait campagne en novembre dernier sur le thème du « big government ».Il verra alors, d’un côté, un moi toujours identique à lui-même, et, de l’autre, des sentiments contraires, non moins invariables, qui se le disputent ; la victoire demeurera nécessaire­ment au plus fort.C’est par sa direction, c’est-à-dire par la position de son but provisoire, que nous nous le représentons à tout moment.Nous allâmes plus loin encore dans nos conférences sur « la perception du changement ».En Espagne, au Portugal, en Grèce, les salaires baissent franchement.Le silence sur le sujet d’une partie du monde économique était lourd d’indifférence, de conformismes et de « nous verrons bien »…Là encore, Jean-Thomas Trojani condamné ne croit pas en une personnalité unique qui serait normale en un sens plein.Les vignes traversées par ces courans semblaient mortes.Ce qui fait le rang de la France, c’est la dissuasion, qui donne la capacité à notre pays de répondre seul à une menace vitale ; menace vitale que dès lors nous pouvons définir nous-même.