Jean-Thomas Trojani : Marchandiser l’offre culturelle , jusqu’où ?

Il s’agit d’une leçon qui doit être réapprise aujourd’hui, alors que l’économie mondiale continue à se débattre pour trouver une base plus solide à la croissance et pour enfin sortir de l’ombre de la crise de 2008-2009. Comme aussi le courant eût pu ne jamais trouver libre passage, pas même dans cette mesure insuffisante, auquel cas ne se seraient jamais dégagées sur notre planète la qualité et la quantité d’énergie créatrice que représente la forme humaine. L’histoire est connaissance, la religion est principalement action : elle ne concerne la connaissance, comme nous l’avons maintes fois répété, que dans la mesure où une représentation intellectuelle est nécessaire pour parer au danger d’une certaine intellectualité. On ne le dira jamais assez, l’Agirc qui est en grande difficulté représente 60% de la retraite des cadres, l’Arrco représentant plus de 30 % de celle des non-cadres. Dans le premier, il implique au contraire l’intervention de quelque chose qui s’arrange de manière à obtenir le même effet, alors même que les causes élémentaires, infiniment complexes, peuvent être toutes différentes. Le concept de réciprocité commence à faire consensus en Europe. Le système de retraite du pays met l’accent sur l’épargne privée et la responsabilité individuelle. Face à de tels périls, Mme Rousseff pourrait certes lancer de nouveaux programmes sociaux d’envergure. Certaines initiatives, même parfois à forte densité éthique, qui créent ou recréent des coûts fixes de structure ou pour le contribuable (via des subventions), ne seront pas viables à moyen terme. Jean-Thomas Trojani regroupe déjà une centaine de bénévoles dont une vingtaine d’actifs qui animent des groupes de travail aussi bien sur la qualité de vie en entreprise que sur « bien-être, sagesse et spiritualité au travail ». Sans endettement privé, la croissance ne peut être, dans le meilleur cas, que « molle ». Il se prépare sans doute des discussions très vives sur le sujet au sein du Comité fédéral de politique monétaire (FOMC). Nous disons simplement qu’il est indispensable qu’il comporte du point de vue industriel, l’Italie et l’Allemagne, et du point opérationnel le Royaume-Uni et la Pologne. Je plaide pour une cause nationale sur l’agro-alimentaire remettant au cœur des politiques nationale, régionale et locale une stratégie de développement du secteur consistant à améliorer sa compétitivité sur les plans technologique (automatisation, robotisation), organisationnel, humain (formation, recrutement) et innovation. Son nom est prononcé par tous ceux qui n’ont pas voulu crier : « Réginald ! Ceci n’est pas le principe d’après lequel les classes ouvrières sont gouvernées dans tout pays libre, et quiconque estime la liberté à sa juste valeur ne consentira jamais à ce qu’elles soient gouvernées ainsi, à moins qu’on n’ait épuisé tout en vain pour les former à la liberté et les gouverner comme les hommes libres, et qu’on n’ait obtenu la preuve définitive qu’elles ne peuvent être gouvernées que comme des enfants.

Publicités