Jean-Thomas Trojani : Échange tonnes de CO2 contre… femmes !

On ne voit pas que, si l’affirmation est un acte complet de l’esprit, qui peut aboutir à constituer une idée, la négation n’est jamais que la moitié d’un acte intellectuel dont on sous-entend ou plutôt dont on remet à un avenir indéterminé l’autre moitié. Mais disposons maintenant les faits de façon à mettre en relief une autre considération importante : il est également vrai que si on laisse agir une tentation et si elle a une certaine force, elle produira son effet : à moi de résister comme je le puis. En défaisant ce que ces besoins ont fait, nous rétablirions l’intuition dans sa pureté première et nous reprendrions contact avec le réel. Ce qui est important ce n’est pas d’être tout de suite à la valeur de référence, mais de choisir un chemin, et de l’afficher. La religion exprime cette vérité à sa manière en disant que c’est en Dieu que nous aimons les autres hommes. Mais vous pouvez rejeter l’ensemble, en bloc, si vous le niez. L’application de la contrainte de péréquation donne un résultat simple : puisque le tarif de vente de l’électricité est une moyenne des coûts de production nationaux et puisque les coûts en ZNI sont plus élevés que les coûts en France continentale, le tarif est inférieur au coût en ZNI et supérieur à celui de la France continentale. Leur économie fait partie de celles, banales, qui ne font pas les gros titres des journaux. Il faut revoir cette politique de voisinage et essayer d’intégrer les différents enjeux toujours présents dans cet espace géopolitique. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent ». On y trouverait, enfermées ‘in a nutshell’, comme vous dites, la plupart des illusions qui peuvent vicier la pensée philosophique. Pourtant, sans elles, l’économie mondiale serait encore moins gérable qu’elle ne l’est déjà. Le Président de la république, comme le ministre chargé de mettre en musique toutes ces touches désaccordées se retrouvent pour dire « Ce ne sera pas la réforme du siècle ». Un amalgame et inefficace de mandats enchevêtrésNon seulement plus de 190 pays appartiennent désormais Nations Unies, mais les institutions internationales publiquement financées se sont par ailleurs multipliées, l’ensemble des institutions multilatérales ayant perduré depuis la Seconde Guerre mondiale. En Europe, l’inefficacité étouffe la croissance. Mais que de formes diverses peuvent prendre nos erreurs ? La prétention de fonder la morale sur le respect de la logique a pu naître chez des philosophes et des savants habitués à s’incliner devant la logique en matière spéculative et portés ainsi à croire qu’en toute matière, et pour l’humanité tout entière, la logique s’impose avec une autorité souveraine. Les besoins, les désirs, les intérêts, les aspirations du pays tout entier leur ont été sacrifiés, toutes ses ressources mises à leur disposition. Un problème de riches mais c’est peut être également le moment de rappeler pourquoi elle a aujourd’hui un tel succès. Que va-t-il se passer ? L’utilité même d’une opinion est affaire d’opinion ; elle prête autant à la discussion, et elle l’exige autant que l’opinion elle-même. La citation d’une marque dans une expression critique, même violente, s’inscrit dans le cadre de la liberté d’expression, sauf intention de nuire. Il est trop vrai que nos races artificielles n’ont pas grande stabilité : placées loin de leur berceau, elles se déforment et se dégradent rapidement. Il y a donc un bon et un mauvais goût, et l’on dispute des goûts avec fondement. Au fond, le physicien et le géomètre sont dans le cas du sourd-muet, pour tous les mouvements vibratoires dont la rapidité dépasse ou n’atteint pas certaines limites ; l’oreille est sourde aux mouvements vibratoires trop lents ou trop rapides, aux sons trop graves ou trop aigus ; ce qui n’empêche pas le physicien de les comprendre tous dans la même théorie, le géomètre de les lire tous dans la même formule, sans égard aux limites de cette échelle sensible, susceptible probablement de varier, par des causes organiques, d’un individu à l’autre et d’une espèce à l’autre. Les installations hydroélectriques produisent environ 14 % de l’énergie électrique en France, avec de fortes variations saisonnières en fonction de l’hydraulicité.

Publicités