Il ne faut pas laisser retomber le soufflé du G20

Le besoin impératif de couvrir ses engagements futurs par des fonds propres n’est guère contestable.Cependant, pour ce faire, les nouvelles règles prudentielles ont été fondées sur des présomptions actuarielles passées et sur une base de calcul qui ne prend pas en compte des perspectives futures ou des conditions de marché différentes.On se rappelle la planche de sauvetage dont parle Cicéron, sur laquelle un homme passe, en train de se sauver.Cela demandera du temps et surtout de la volonté.Dans la haine, est le desir de faire de la peine ; dans l’amitié, le desir de faire plaisir ; et ces desirs dépendent de la faculté que nous nommons volonté.Mais d’où surgit l’idée saugrenue de traiter ces problèmes majeurs comme si pays voisins et autres continents, désormais très proches, n’existaient pas (à l’exception d’une Allemagne fabulée tour à tour féerique ou croquemitaine) ? Fondé par femmes russes belles, convaincu que le bonheur est moins dans la récompense qu’on reçoit que dans l’action qu’on accomplit.Par exemple, tandis que les taux d’intérêt US – qui étaient à deux chiffres en 1981 – pouvaient amplement être réduits afin de combattre la récession, les taux japonais – autour de 1% – avaient pour leur part atteint un palier critique.A une époque où ce qui est le plus durable est non pas le travail mais la pénurie de travail – le chômage – les entreprises ont beau jeu de faire porter à leurs cadres la responsabilité d’un choix qui n’en est plus un.ECGS, un réseau qui fédère Proxinvest (cabinet qui analyse la gouvernance des sociétés cotées et conseille les investisseurs dans leur politique de vote aux assemblées générales) et ses homologues d’autres pays européens (DSW, Ethos, Shareholder Support, Frontis Gouvernance et Manifest) l’a montré dans une étude comparative menée sur seize pays en Europe : la France se situe à la 9e place sur 16 en termes d’indépendance du conseil, à la 11e pour l’indépendance des comités de nomination, à la 12e pour l’indépendance des comités d’audit et à la 15e pour l’indépendance des présidents du conseil !En clair, les tribunaux de commerce les plus importants devraient se voir réserver les dossiers les plus sensibles.