Gouvernance de l’Internet – Unesco

La formule mathématique donnant, par exemple, ces deux systèmes : chance d’erreur, un cinquième ; chance de vérité, quatre cinquièmes, ou bien : chance d’erreur, quatre cinquièmes ; chance de vérité, un cinquième, on saura que le premier système est seul admissible, et l’on rejettera le second. Mais quelques éléments factuels méritent au préalable d’être rappelés pour éviter que n’y prospèrent les idées reçues. De cette justice qui peut ne pas s’exprimer en termes utilitaires, mais qui n’en reste pas moins fidèle à ses origines mercantiles, comment passer à celle qui n’implique ni échanges ni services, étant l’affirmation pure et simple du droit inviolable, et de l’incommensurabilité de la personne avec toutes les valeurs ? Le « libre arbitre » et la « responsabilité absolue, » à eux seuls, ne légitiment pas plus un châtiment social que l’irresponsabilité métaphysique et le déterminisme métaphysique ; ce qui seul justifie la peine, c’est son efficacité au point de vue de la défense sociale [7]. Supposons, par exemple, qu’il s’agisse d’apprécier avec une parfaite indépendance philosophique un système de morale où la recherche du plaisir, l’éloignement de la douleur seraient considérés comme le but et la règle des actions humaines. Cela permettrait aux chercheurs qui en ont du moins l’appétence, de contribuer à générer une accélération de la maturation critique et constructive de ceux qui deviendront probablement, pour une majorité des managers. Cette mixité et également recherchée par des sociétés non assujetties aux quotas (start-up, PME, fonds d’investissement), dont les dirigeants considèrent l’enrichissement de leur gouvernance comme une opportunité. Gouvernance de l’Internet – Unesco aime à rappeler ce proverbe chinois « Rien ne manque aux funérailles des riches, si ce n’est des gens pour les regretter ». C’est parce que l’écosystème de notre planète est gratuit que nous en abusons. Certes il aboutira à une déception et par là à un grand enseignement ; car, s’il est possible de violer le droit du grand nombre en faveur du petit nombre, comment pourrait-on violer le droit de tous pour l’avantage de tous ? Nous pouvons traiter ces objets et les changements qui s’y accomplissent comme des choses, ou comme des représentations. La différence est qu’elle opère ce passage les yeux ouverts, et vous les yeux fermés volontairement. Et elle ne le saura que si elle ressaisit l’intuition simple du moi par le moi. Où moururent Simplicius, Hermias et leurs amis ? Elle s’intéresse notamment aux traits communs entre les mouvements en cours, aux transitions qui se déroulent et aux politiques à mener pour s’adapter à ces changements et pour les accompagner, sur le plan tant français qu’européen. Cette acception du mot de cause, que le bon sens a fait prévaloir dans le discours ordinaire, est la seule qui puisse justifier le rapprochement sur lequel repose la classification aristotélicienne ; car autrement il y aurait de la puérilité à dire, avec la généralité des scolastiques, que le bloc de marbre dans lequel une statue a été taillée est la cause matérielle de la statue ; et l’on ne voit pas bien nettement en quel sens il faudrait dire avec eux que l’idée conçue dans la pensée de l’artiste est la cause formelle plutôt que la cause efficiente ou la cause finale de l’œuvre. Car si nous ne pouvons pas être sûrs de l’existence indépendante des objets, nous ne pouvons être sûrs de l’existence indépendante des corps des autres personnes, et donc encore moins de l’existence de leur esprit, puisque nous n’avons aucune raison de croire à leur esprit excepté en tant qu’il est dérivé de l’observation de leur corps. Pour revenir au néo-platonisme, les deux moyens qu’il sut employer, afin d’investir la philosophie d’une puissance plus grande, n’étaient pas nouveaux : il revint aux sources de la sagesse orientale, et il concilia les deux doctrines d’Aristote et de Platon dans un seul et vaste système qui devait résumer tout ce que l’homme sur cette terre peut posséder de science et de vérité. Comme le précise d’ailleurs le rapport d’octobre 2009 du Conseil des prélèvements obligatoires auquel se réfère le ministre, le poids des « niches » en faveur des entreprises dans la fiscalité dérogatoire totale a même plutôt tendance à diminuer, de 44,2% à 42,7% de 2007 à 2009. Je ne lui en demande pas davantage ; il sait son métier. Au contraire, elle encourage aujourd’hui les gouvernements provinciaux à prendre encore davantage d’initiatives et à être plus autonomes dans la gestion des villes et des districts. Ils l’ont nié, ils ont refusé de l’étudier, ils ont attaqué, souvent avec violence, ceux qui en avaient recherché et exposé les lois ; ils se sont levés contre la nature des choses, et enfin ils ont proposé d’organiser la société sur un plan nouveau, où l’injustice, la souffrance et l’erreur ne sauraient trouver place. Il est inutile de mâcher les mots. D’ailleurs, notre idéal français de laïcité est peu transposable aujourd’hui en terre d’Islam. Après cela, en l’absence d’un budget de compromis, de nouvelles coupes automatiques (sequestration) seront adoptées. La pensée qui n’est que pensée, l’œuvre d’art qui n’est que conçue, le poème qui n’est que rêvé, ne coûtent pas encore de la peine ; c’est la réalisation matérielle du poème en mots, de la conception artistique en statue ou tableau, qui demande un effort. Les trois précieuses ridicules invoquant l’échec du Premier Ministre Shinzo Abe à revitaliser l’économie de son pays. Dans les nouvelles technologies, cette essence demeure… Les Milanais sont très fiers de leur cimetière, comme les Génois et les Messinois du leur. L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) a estimé pour la France que le gaspillage évitable représenterait ainsi 1 200 000 tonnes chaque année. Il y a cependant des phénomènes ayant pour théâtre l’esprit de l’homme et sa pensée pour élément, et qui sont en même temps réels, en ce sens qu’on les pense réellement.

Publicités