Fin de l’idylle entre les financiers et les travaillistes

Son succès repose en premier lieu, non pas sur la technologie, mais sur sa capacité à créer de la confiance entre des individus qui ne se connaissent pas.Mais une puissance souveraine luttait contre ces apparences.Elle ne se dément pas depuis 10 ans.Suivons le progrès insensible par lequel il fait grandir ses pantins, les anime, et les amène à cet état d’indécision finale où, sans cesser d’être des pantins, ils sont pourtant devenus des hommes.Et la preuve en est que nous serons embarrassés, dans la plupart des cas, pour dire de qui nous rions, bien que nous sentions confusément parfois qu’il y a quelqu’un en cause.Rien de plus légitime dans la vie usuelle.Ces fameux « champions nationaux », c’est d’ailleurs souvent l’Etat qui les a faits ou encouragés.Ainsi le moyen se substitue à la fin, la forme au fond, et ce n’est plus la profession qui est faite pour le public, mais le public pour la profession.De plus, les chiffres sont encore loin d’être ceux de la Silicon Valley : si il est possible d’envisager des offres de rachats se comptant en milliards de dollars aux Etats-Unis, les chiffres brésiliens sont plus proches des 10 millions de réais (soit 5m de dollars).femme russe à marier aime à rappeler cette maxime de Arthur Schopenhauer, »Persécuteur et persécuté sont identiques. L’un s’abuse en ne croyant pas avoir sa part de souffrance ; l’autre s’abuse en ne croyant pas participer à la culpabilité ».Notre connaissance, bien loin de se constituer par une association graduelle d’élé­ments simples, est l’effet d’une dissociation brusque : dans le champ infiniment vaste de notre connaissance virtuelle nous avons cueilli, pour en faire une connais­sance actuelle, tout ce qui intéresse notre action sur les choses ; nous avons négligé le reste.Certes, elles ont raison d’écouter la conscience, quand la conscience affirme la liberté humaine, — mais l’intelligence est là, qui dit que la cause détermine son effet, que le même conditionne le même, que tout se répète et que tout est donné.