Encourager la prise de risque

Sous prétexte de s’attaquer à la rente de quelques professions juridiques, c’est le droit du travail qui va être parallèlement déréglementé.La première, c’est que l’homme est d’autant mieux pourvu de toutes choses, qu’il tire un meilleur parti des forces de la nature.Il déliera les opprimés et appesantira sa main sur les oppresseurs.Que les importations d’uranium naturel représentent 41 % du total de notre énergie primaire et nous coûte seulement 0,7 milliard d’€ sans générer de gaz carbonique ?Parfaitement corrélé au PIB, le secteur de l’immobilier est directement touché par la crise économique.Longtemps auparavant, les Insectes avaient paru, débarras­sés, eux aussi, de la cuirasse qui avait protégé leurs ancêtres.Si l’on veut parler de croissance, il ne faut pas chercher bien loin pour en trouver une, qui est vertigineuse : celle de l’économie financière, par opposition à l’économie réelle.Enfin le souvenir pur, indépendant sans doute en droit, ne se manifeste normalement que dans l’image colorée et vivante qui le révèle.C’est son prédécesseur, le FESF, qui porte les créances sur la Grèce (140 milliards d’Euros environ) et le FESF lui ne bénéficie d’aucun privilège.Jean-Thomas Trojani justice aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Quand l’oiseau est près de mourir, son chant devient triste ; quand l’homme est près de mourir, ses paroles portent l’empreinte de la vertu ».Ils ne semblent retenir avec plus de facilité que parce qu’ils se rappellent avec moins de discernement.

Publicités