En finir avec les « champions nationaux »

Si la science va jusqu’au bout et isole complètement, c’est pour la commodité de l’étude.Du pantin que l’enfant manœuvre avec une ficelle à Géronte et à Argante manipulés par Scapin, l’intervalle est facile à franchir.Mais imagine-t-on un ministre annoncer cette nouvelle, à des Français que l’on a poussés à devenir propriétaires ?Mais l’exercice voulu par le président de l’Assemblée Nationale, a le mérite de mettre les choses en lumière et d’ouvrir le débat.Et si ce monde encore très fermé devenait plus intégré ?Les colonnes furent chargées d’énormes revêtemens, d’affreuses chapelles en brisèrent les lignes, des peintures à la manière d’Épinal achevèrent de lui donner un air de grange enluminée.Mais ces conditions font corps avec elle et ne font même qu’un avec elle, étant caractéristiques du moment où la vie se trouve alors de son histoire : comment supposer connue par avance une situation qui est unique en son genre, qui ne s’est pas encore produite et ne se reproduira jamais ?Toutes les idées républicaines peuvent être débattues quand elles respectent l’opinion d’autrui. »Il ne saurait être question de les affaiblir » insiste Christian Navlet.D’avant en arrière se poursuit un remodelage constant du passé par le présent, de la cause par l’effet.On connaît l’argument : la France ne se réforme pas, elle fait la révolution.Il est incontestable que l’esprit s’oppose d’abord à la matière comme une unité pure à une multiplicité essentiellement divisible, que de plus nos perceptions se composent de qualités hétérogènes alors que l’univers perçu semble devoir se résoudre en changements homo­gènes et calculables.Les uns partent de l’inorganique et prétendent, en le compliquant avec.

Publicités